La fabrication



Le site de production de Lotus à Hetel





La mise en production de l’élise mk2 est le fruit du travail de Luke Bemmet. Une nouvelle usine comportant 3 halls et coûtant 7 millions de £ à vu le jour fin 1999 à Hetel. La capacité de production peut ainsi passer de 3.500 à 10.000 autos par année !

Le contrat signé avec Opel pour le Speedster oblige Lotus à repenser entièrement le processus d’assemblage pour respecter les normes de qualité. Fini le travail semi-artisanal fait main, il faut désormais produire plus et mieux !

Les carrosseries proviennent du fabricant français Sotira et font appel au moulage sous haute pression (RTM). L’état de surface est bien plus lisse et régulier, la fibre ne fait plus que 2mm d’épaisseur contre 3mm au procédé par collage manuel (VARI ou GPR) de l’élise mk1.

Arrivées à Hetel, les carrosseries sont mises en peintures avec une peinture à l’eau développée avec Du Pont.

Les châssis de marque Hydro’s sont maintenant fabriqués à Worcester et non plus au Danemark comme auparavant.

Les panneaux intérieurs sont moulés sous vide sur place et les optiques proviennent de chez Wipac.

 

L’assemblage fini, les autos ont droit à un test sur banc moteur, un test d’étanchéité dans une cabine d’eau, puis un tour de la piste maison.

Si un défaut est détecté en bout de chaîne, celle ci est directement stoppée pour y remédier avant de relancer la production.

Au début, il ne sortaient que deux élise par jour, puis à partir de mars 2001, la cadence commença à se stabiliser et les livraisons ont pu commencées réellement en avril 2001 (au lieu de novembre 2000 prévu initialement).



Previous page: King K
Page suivante : La maintenance